تراجم

< >
عرض رجوع
Celle Qui Ouvre - Al-Fâtiha
Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément.


[1 : 1]
Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément.

[1 : 2]
Louange à Dieu, Seigneur des mondes,

[1 : 3]
le Miséricordieux, le Clément,

[1 : 4]
Roi du Jour du Jugement.

[1 : 5]
C'est Toi que nous adorons, et c'est de Toi que nous implorons le secours.

[1 : 6]
Guide-nous sur la voie droite,

[1 : 7]
la voie de ceux que Tu as comblés de bienfaits, non de ceux qui encourent Ta colère, ni des égarés.



* Titre : surtout connue comme : “L’Ouverture du Livre” (Fâtihat al-Kitâb), cette sourate porte neuf autres appellations dont les suivantes : “La Mère du Coran” (Umm al-Qur‘ân), parce qu’elle contient de façon globale tout ce qui se trouve dans le Livre ; “Les sept Redoublés” (sab‘an min al-mathânî), parce qu’elle contient sept versets et qu’elle est récitée au moins deux fois (tuthannâ) dans chaque prière canonique ; “La sourate qui enseigne la demande” (surat ta‘lîm al-mas’ala) parce qu’elle est récitée pour obtenir du Ciel une bénédiction ou une faveur spéciale, etc. Elle est aussi récitée, individuellement ou collectivement, lors de la conclusion d’un contrat de mariage, d’une opération commerciale, d’un pacte de solidarité artisanale et, de façon générale, de tout acte pour lequel le ou les participants souhaitent obtenir l’agrément et l’assistance du Ciel.

* v.1 : la formule de consécration bismi’Llâhi’r-Rahmâni’r-Rahîm - la “basmalah”- constitue ici le premier verset du Coran, alors qu’ailleurs elle figure en tête de toutes les sourates, à l’exception de la neuvième (voir note à la fin de s.9), sans en former un verset. Elle précède toute lecture ou récitation du saint Livre et, prononcée avec attention, sacralise l’accomplissement de tous les actes signifiants de la vie humaine. Elle comporte trois Noms divins, à savoir celui du Dieu unique : Allâh, et ceux de deux de Ses attributs : al-Rahmân et al-Rahîm, qui sont des formes intensives dérivées de la même racine : ra-ha-ma, porteuse de l’idée de Miséricorde. Le premier de ces noms a une signification totale, impliquant le pouvoir divin d’existenciation ; aussi ne saurait-il s’appliquer qu’à Dieu, à l’exclusion de tout être humain. Le second caractérise plus spécifiquement l’action conservatrice et rédemptrice du Seigneur telle qu’elle s’exerce sur la création. Pour suggérer au lecteur français la différence qualitative entre ces deux noms, on a repris, en les inversant, les deux termes utilisés dans bon nombre de traductions antérieures : “le Miséricordieux”, qualificatif réservé à Dieu, venant en premier, suivi par “le Clément”, puisque la clémence est une qualité dont certains hommes peuvent être revêtus - un roi, un juge, par exemple - et que “Clément” peut être utilisé comme prénom masculin (comme Rahîm peut l’être chez les musulmans, le féminin Rahîmah correspondant à “Clémence”).

© 2015 Royal Aal al-Bayt Institute for Islamic Thought, Amman, Jordan (http://www.aalalbayt.org) ® All Rights Reserved
Apart from any fair dealing for the purposes of research or private study, or criticism or review, this work may not be reproduced, stored or transmitted, in any form or by any means, without the prior permission in writing of the Great Tafsirs Project, Aal al-Bayt Institute for Islamic Thought ( aalal-bayt@rhc.jo).